24.10.16 Des nouvelles des caravaniers

14615677_1063552870426388_1673840189740333639_o« Notre groupe s’est scindé, divers rendez vous étant pris par les uns et les autres.
En ce qui nous concerne Hervé et moi, nous nous sommes tout d’abord rendus dans deux dispensaires.
Pour le premier, nous avons fait une petite croisière le long du Port du Pirée pour nous rendre dans l’île de Salamina à quelques encablures d’Athènes.Nous sommes accueillis au port par une irakienne ( qui habite depuis 20 ans en Grèce, mariée à un grec) et qui n’ayant pas de boulot occupe son temps en servant d’interprète pour les réfugiés ( à Salamina et dans des camps de réfugiés près dAthènes).
La mairie a prêté un local (ancien commerce) pour le dispensaire, local qui maintenant doit être aménagé : problème du financement.
En attendant que ce dispensaire soit fonctionnel pour différentes consultations, il délivre les médicaments. Les patients sont reçus bénévolement par différents médecins de l’île dans leur cabinet.
Pendant toute notre visite,nous avons vu un va et vient incessant de personnes venant chercher des médicaments ou en donner, ainsi que d’autres venant prendre un plat au stand de l’association qui distribue les repas devant le dispensaire.
La problématique de Salamina est différente des autres endroits, la population n’est pas la même. Il y a quelques années, la plupart des maisons étaient des résidences secondaires appartenant à des Athéniens. Avec la crise, les retraités ont abandonné leurs maisons d’Athènes pour leur petite maison à Salamina. La population de l’île est donc composée en grande majorité de personnes âgées vivant dans des petits logements mal ou pas isolés. 

Après avoir goûté à la « soupe populaire » (en réalité des pâtes) avec des boulettes de viande en complément, nous avons repris le ferry pour le Pirée où nous avons visité un autre dispensaire beaucoup plus structuré. Nous n’avons pas vu de patients, nous n’étions pas aux bons horaires mais avons pu discuter avec une secrétaire bénévole et une personne qui range les médicaments. Le dispensaire reçoit énormément de médicaments, ceux ci sont triés par des pharmaciens. Beaucoup sont envoyés aux camps de réfugiés, voire dans d’autres pays. Par contre, il manque cruellement de matériel (consommables) pour le dentiste qui est l’un des praticiens le plus demandé.

18 H nous retrouvons les 4 autres membres du fourgon pour la visite d’un Troisième dispensaire, celui de Péristeri, une autre banlieue d’ Athènes. Les locaux sont petits mais il y a beaucoup de bénévoles : 25 administratifs, des généralistes, spécialistes tels que cardiologue, endocrinologue, pédiatre qui consultent au dispensaire, d’autres comme ophtalmo et dermato consultent dans leur cabinet. Les consultations les plus demandées sont celles avec psychiatre ou psychologue (rendez-vous pris jusqu’à la fin de l’année). »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s